Connect with us

Hi, what are you looking for?

Films & séries

Fast and Furious : comment la franchise est partie en tête-à-queue

Eh oui je sors enfin une chronique, ça faisait longtemps hein ? Environ 10 mois.

Ça veut dire que depuis la dernière fois, il y a un être humain qui a eu le temps de gagner une course de spermatozoïdes et de naître.

Et justement en parlant de course, j’aimerais parler d’une franchise qui est complètement partie en tête-à-queue.

Oui je parle bien de Fast and Furious.

On va disséquer cette saga pour comprendre comment on a pu passer de ça …

… à ça

Et pour ça, commençons par le commencement.

Un départ tranquille

Au début c’était quoi ? Un flic sous couverture qui infiltre une bande pilotes de courses illégales dans le cadre d’une enquête sur une série de braquages (quand le synopsis tient en une phrase c’est déjà mauvais signe mdr).

Jusqu’ici tout va bien (l’or et les ‘tasses fréquentent peu de gens cleans), même très bien, on assiste à un défilé de belles (meufs) caisses avec de beaux (culs) néons. De la belle carrosserie quoi, rien à voir avec le meeting tunning Tourcoing, sans vouloir manquer de respect à la bande de Jordan (prénom choisi de manière totalement arbitraire).

Brian, le flic sous couverture, se ramène à un rassemblement pour lequel il n’a reçu aucune invitation, et il se permet même de toucher à la bagneule de Toretto. Et Toretto, il n’aime pas ça qu’on touche à sa bagneule.

C’est le début d’une grande amitié faites de hauts et de bas (je ne parle pas de suspensions hydrauliques comme dans le clip Still Dre là).

Deux autres volets s’ajoutent à la franchise, sympas à regarder mais pas vraiment marquants. Car un Fast and Furious sans Toretto, c’est comme la Sexion d’Assaut sans Maska … Non mauvais exemple en fait. Oubliez.

Le quatrième volet, marqué par le retour de Toretto, est un tournant de la franchise. Les retrouvailles avec Brian sont tendues. Et c’est un peu normal, quand tu apprends que le mec que tu considérais comme un frère et qui se tape ta sœur, est en réalité un flic infiltré qui cherche à te mettre en taule, tu es en droit de lui en vouloir.

Ce volet est peut-être le plus réussi de la franchise. L’action et le suspense étaient plutôt bien dosés, sans être de l’ordre du chef d’œuvre pour autant.

L’arrivée de Dwayne Johnson, début du tête-à-queue

On en arrive au cinquième volet, la bande est en cavale. Oui, même Brian, qui a renoncé à une carrière prometteuse au FBI pour devenir un fugitif et participer à des meetings tuning dans des pays qui ne pratiquent pas l’extradition.

Ce volet est marqué par l’arrivée de Luke Hobbs (Dwayne Johnson), un agent fédéral spécialisé dans la traque et la hagra des fugitifs. Et lui ça sert à rien de lui parler de violences policières, pour lui les plaquages ventraux ce sont des séances de kiné.

Dans ce volet, ils ont totalement ravagé le mobilier urbain de la ville de Rio.

Parce que oui, dans un film de braquage classique, les braqueurs s’enfuient avec des liasses de billets. Mais là, on est dans un film avec DWAYNE JOHNSON.

La ville de Rio a donc assisté à cette scène incroyable de deux Dodge Charger tractant un coffre-fort contenant 100 millions de dollars, défonçant absolument tout sur leur passage.

Les impôts ont dû être salés en N+1.

La bande à Toretto ALIAS The Suicide Squad

Alors dans ce sixième volet, ils ne te laissent même pas le temps de te mouiller la nuque, le n’importe quoi commence dès les premières minutes.

Le film a commencé depuis seulement 10 minutes, et voilà ce qu’on sait :

/ ! \ Attention gros spoilers en approche, donc comme dit Nekfeu « Si t’as souffert avec moi, c’est qu’tu le voulais un peu » / ! \

3…

2…


1…

– Hobbs, qui a à sa disposition un budget gouvernementale, décide de confier la sécurité du territoire à des criminels en cavale, sous prétexte qu’ils ont un bon coup de volant.

– Brian devient père, mais préfère affronter un dangereux terroriste plutôt que de passer du temps avec son fils.

– Letty était morte, mais en fait non, pas du tout. Jamais vu une telle nonchalance scénaristique depuis la résurrection de Sara Tancredi.

Et la suite n’est pas beaucoup mieux. On a le droit à une succession de scènes d’actions qui défient les lois de la physique, et les lois tout court d’ailleurs.

Je vais retenir 2 scènes dans ce volet :

Tout d’abord la course poursuite sur l’autoroute pour neutraliser un tank (rien que de l’écrire, ça m’éteint).

Ça sert à rien de vous la décrire, tellement c’est indescriptible, voyez par vous-même … Isaac Newton a dû se retourner dans sa tombe.

La deuxième scène, c’est celle de l’aéroport.

J’aurais pu vous mettre un extrait de cette scène, mais elle est interminable, tout comme la piste d’atterrissage. Car en effet, la scène dure 6 minutes, minutes durant lesquelles ils sont pieds au plancher, mais on ne voit jamais le bout de cette foutue piste.

Il y a forcément quelqu’un dans l’équipe de production qui a fait la remarque pendant une réunion, en disant que le temps et l’espace n’étaient pas cohérents dans cette scène. Ça a dû lui répondre « Ok Einstein ».

(Au passage, voici un article qui calcule la taille de la piste : https://www.downshift.fr/longueur-piste-fast-and-furious-6/ )

L’arrivée de Jason Statham, la franchise en roue libre

Parce qu’évidemment ce n’était pas assez le bordel comme ça, il fallait absolument amener ce grand malade dans le casting.

Quand ils l’ont teasé à la fin du sixième volet j’ai soupiré, parce que tu sais que quand il débarque, ce n’est pas pour faire dans la dentelle. Ce qui coule dans ses veines, c’est du jus de bagarre. Son jeu d’acteur c’est ça : de la bagarre, des punchlines, et des regards provocateurs.

Ce septième volet est encore pire que le précédent.

Je vous épargne la scène où l’équipe est parachutée en voiture depuis un avion-cargo pour atterrir pile sur la route, et celle où Toretto fonce dans un ravin, puis s’en sort avec un petit bobo au front alors que la voiture est bonne pour la casse.

Au lieu de ça, on va se pencher sur une scène qui a fait beaucoup parler, celle de la Lykan qui traverse 3 immeubles de Dubaï par les fenêtres.

Je ne vais pas épiloguer sur le manque réalisme de la scène, ça fait un moment que j’ai capitulé.

Je vais seulement faire remarquer qu’il s’agit d’une hypercar à 3,4 millions de dollars, mais on dirait qu’elle a les freins d’une Renault R5 qui n’a plus passé le contrôle technique depuis 1995.

Pour le reste, je préfère vous laisser admirer le chef d’œuvre :

Une autre scène que j’aimerais vous partager, celle du duel entre Toretto et Deckard (Jason Statham)

Sérieusement, à quel moment on est passé de courses de voitures à des combats de gladiateurs ? Je me rappelle encore de l’époque où Toretto avait juste à lâcher la Nitro au bon moment.

Quand Toretto donne un coup de semelle sur le sol et qu’il s’effondre sous les pieds de Deckard, c’est un move que même les réalisateurs de films indiens n’auraient pas osé mdr

Je vous laisse profiter de ce duel épique :

Bref, Jason Statham quoi.

Le retour de la Suicide Squad, et une nouvelle recrue

Passons au dernier volet en date.

Pour tout vous dire jusqu’à un certain moment du film, les scènes d’actions restaient raisonnables (selon les standards de Fast and Furious évidemment).

Il faut juste faire abstraction de la course du début où Toretto gagne avec une épave rouillée, en terminant la course en marche arrière (oui mais il a trafiqué la durite d’air et ajouté du Nitro, c’est pour ça).

Cette scène est uniquement là pour dire « ce qui compte ce n’est pas la caisse mais le pilote ».

On va aussi faire l’impasse sur la scène où Toretto arrête les balles avec un bouclier comme Captain America, ainsi que celle où Hobbs et Deckard se battent en prison à coup de chorégraphies de WWE.

Maintenant on est habitué.

Là où la saga commence à retomber dans ses travers, c’est quand ils arrivent en Russie.

Car en effet dans cette partie du film, on assiste à une … à une …

… à une course poursuite sur la glace avec un sous-marin.

En réunion ils ont dû dire « le tank de l’autre fois c’était bien, mais on peut faire encore mieux. Qu’est-ce qui est plus impressionnant qu’un tank ? Exactement, un sous-marin ».

Impossible de rentrer dans les détails de cette scène, il y a trop de choses à dire et cette chronique est déjà assez longue. Regardez plutôt par vous-même :

On aura quand même eu le droit à une scène 300% Statham, celle du sauvetage de bébé dans l’avion. D’ailleurs j’ai trouvé ça touchant qu’il lui mette une playlist de Big Flo et Oli dans les oreilles, pour détourner son attention pendant que ça canarde de tous les cotés.

L’arrivée de John Cena, les réalisateurs sniffent-ils du Sans Plomb 98 ?

On arrive au prochain volet, qui n’est toujours pas sorti.

Pour l’instant on n’a qu’une bande-annonce, dans laquelle on voit un chauve (lequel ? Il y en a tellement dans cette saga) arrêter une voiture en plein tonneau à mains nues, comme Neuer contre Ronaldo en 2017, le tout en équilibre sur une voiture qui roule sur deux roues.

J’avais l’impression de regarder Le Réveil du Cobra.

Rassurez-vous, c’est la seule scène surréaliste … non je déconne haha.

Je vous ai partagé la vidéo plus bas pour que vous voyiez par vous-même.

Et attention, attachez bien votre ceinture. Cela ne figure pas dans la bande-annonce, mais Michelle Rodriguez (Letty) a annoncé qu’il y aurait une scène dans l’espace.

Oui, vous avez bien lu. Uriner sur les lois de la physique classique ne leur suffisait plus, donc ils ont décidé de s’attaquer à la physique quantique. De toute façon au point où on en est …

Voici un article qui en parle :

https://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18692864.html

Ah, et à l’instar de Letty, un autre personnage a fait un tour dans le puit de Lazare pour ressusciter (à 3min30 dans la vidéo juste en dessous).

Je vous laisse regarder l’aperçu de ce qui nous attend :

Qu’est-ce qu’ils sont en train de nous concocter encore ?

Conclusion : Comment la franchise est partie en tête-à-queue ?

La réponse est simple : C’est ce qui arrive quand vous mettez trop de chauves et de catcheurs dans une même saga, et c’est encore pire si vous mettez des catcheurs chauves.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Comme dit Gazo, tous mes vrais Gazos shootent. Je ne savais pas ce qu’était un Gazo, encore moins pourquoi il fallait que les vrais...

Rap

Chaque matin Je me lève en me posant la même question : Pourquoi ? Pourquoi ce monde il part en vrille comme ça ?...

Comics & mangas

Salut les merces.. Oui Je sais, ça ne me coûte rien d’écrire « mercenaires » en entier.. mais désormais Je suis dans l’économie, Je préfère conserver...

Comics & mangas

Comme Kalash Criminel dit « Moi Je suis un All Black.. mais chez nous c’est Le 47 qui fait Le Haka » Et effectivement Je venais...